#FirstPersonStories - Récits à la première personne

Demander de l'aide
Morceaux choisis de #FirstPersonStories © Fonds européen pour la démocratie
Revenir à #FirstPersonStories

Keep It Green

26 mai 2021

Promouvoir un mode de vie plus écologique au Kosovo

Keep It Green et son réseau de bénévoles sensibilisent la population à la problématique de la pollution industrielle ainsi qu’à d’autres enjeux environnementaux dans la ville industrielle d’Obiliq.

Située à une dizaine de minutes de route de la capitale du pays, Pristina, la petite ville d’Obiliq est un pôle de l’industrie minière au Kosovo. Alors qu’elle n’est peuplée que de 6 800 habitants, Obiliq compte trois mines de charbon et deux centrales électriques, qui produisent la vaste majorité de l’électricité du Kosovo.

L’emploi dans cette région dépend fortement des centrales électriques, puisque 5 000 habitants d’Obiliq et des villages alentour travaillent dans ce secteur. Ces activités minières et industrielles ont inévitablement causé de profondes dégradations de l’environnement.

Keep it Green est une organisation locale de jeunes qui s’emploie à sensibiliser la population aux enjeux environnementaux à Obiliq ainsi qu’aux effets que ces dégradations de l’environnement ont sur les habitants.

« Environ 30 % des habitants d’Obiliq souffrent de maladies des voies respiratoires », explique Guxim Klinaku, le Directeur de Keept It Green, au FEDEM.

Il précise qu’à l’image de nombreuses idées lancées dans les Balkans, Keep It Green a commencé par une conversation dans un café en 2015. « Nous étions en train de boire un café quand nous avons commencé à parler de tous les problèmes auxquels fait face notre communauté. Nous ne pouvions pas rester les bras croisés », se rappelle M. Klinaku.

climate action

Encourager les citoyens à protéger leur environnement

Six ans plus tard, Keep It Green est un réseau de près de 60 bénévoles qui œuvrent à l’élaboration et à la réalisation de projets fondés sur la collectivité, dont l’objectif est d’encourager les citoyens à participer à la protection de leur environnement. Ce réseau de bénévoles est géré par un comité composé de dix membres et par un conseil d’administration de trois personnes.

Ces dernières années n’ont pas toujours été faciles. Les habitants de cette région industrielle sont nombreux à connaître des difficultés financières.

« Ce n’est pas évident d’intéresser les gens à l’environnement lorsqu’ils peinent déjà à gagner leur vie décemment », admet M. Klinaku.

Il précise par ailleurs que le gouvernement central, inquiet des niveaux de pollution, avait annoncé la fermeture des centrales électriques d’Obiliq. Finalement, le gouvernement a cédé aux pressions et est revenu sur sa décision, car cette fermeture aurait mis de nombreuses personnes au chômage.

Il est difficile de faire appliquer les lois et les restrictions environnementales dans la région, étant donné que les emplois des habitants dépendent des centrales électriques.

Les membres de Keep It Green sont bien conscients de cette réalité, mais ils continuent de plaider pour des énergies plus vertes à Obiliq. Avant la pandémie de COVID-19, ils manifestaient chaque semaine devant les centrales électriques pour réclamer l’application de la législation environnementale à Obiliq. Ils ont également organisé de nombreuses actions citoyennes visant à améliorer la ville.

Des bénévoles ont récemment nettoyé un parc et réparé ses bancs cassés. Ils l’ont ensuite décoré avec de l’art urbain afin d’en faire un espace accueillant et agréable pour la population d’Obiliq. Ils ont également installé dans la ville des poubelles transparentes divisées en deux parties, sur lesquelles ils ont inscrit des questions liées à l’environnement. Les habitants pouvaient répondre par « oui » ou par « non » aux questions en jetant leur mégot de cigarette dans la partie gauche ou droite de la poubelle : un moyen simple mais intelligent de susciter la curiosité des citoyens tout en gardant la ville propre. Les questions sont changées tous les mois pour conserver l’intérêt de la population.

Ils ont également organisé un festival d’art écologique dans la ville, afin de sensibiliser les citoyens aux enjeux environnementaux. Ce festival offre une occasion unique de faire participer les jeunes moins sensibles à ces problématiques à un projet citoyen, étant donné que Keep It Green est la seule organisation active à Obiliq.

Untitled 1

Travailler avec la jeunesse

L’organisation travaille avec des écoles locales depuis 2016, en proposant des ateliers « réduire, réutiliser, recycler » pour apprendre aux élèves à réduire leurs déchets.

« C’est particulièrement gratifiant devoir que ces jeunes appliquent nos enseignements dans leur vie quotidienne, même des années après l’atelier, et qu’ils continuent de recycler et de s’intéresser à l’environnement », explique M. Klinaku.

Keep It Green organise également des camps d’été destinés aux jeunes sur des thèmes liés à l’environnement. L’objectif premier de ces camps est de former une nouvelle génération de jeunes leaders pour le militantisme environnemental au Kosovo, une démarche souvent couronnée de succès.

En 2018, ils ont organisé un camp entièrement alimenté à l’énergie solaire. Le but était de permettre aux adolescents de se familiariser avec l’énergie solaire, en tant que solution propre et renouvelable pour remplacer le charbon utilisé à Obiliq.

Une militante de Keep It Green, Gresë Koca, a participé à l’édition 2020 du programme de la Fondation Obama pour les dirigeants, qui s’adresse à de jeunes militants déterminés à apporter des changements positifs au sein de leur collectivité.

Faire face à la COVID-19

À l’instar d’autres organisations, Keep It Green a dû trouver des solutions créatives pour s’adapter à la pandémie de COVID-19. Les ateliers « réduire, réutiliser, recycler » restent fructueux, même sous la forme de webinaires, mais l’organisation a dû annuler l’édition 2020 de son festival d’art écologique. Elle prévoit toutefois toujours d’organiser cet été ses camps de militants pour l’environnement. Ces camps réuniront vingt participants pour une formation de trois jours sur la sensibilisation aux problèmes environnementaux.

M. Klinaku est particulièrement fier de la campagne vidéo réalisée par l’organisation en 2020 sur la consommation excessive d’articles en plastique à usage unique pendant la pandémie. Dans le cadre de cette campagne, ils ont également distribué des masques réutilisables dans la ville.

Bien que l’avenir demeure incertain en raison de la COVID-19, une fois que la pandémie sera sous contrôle, Keep It Green compte reprendre ses manifestations hebdomadaires en faveur de la mise en application de la législation environnementale et continuer de se battre pour un Kosovo plus vert.

Grâce à la subvention du FEDEM, Keep it Green a pu passer d’une opération fondée sur le bénévolat, survivant grâce à son enthousiasme, à une organisation plus stable dotée de personnel permanent. Cette subvention, qui offre à l’organisation la possibilité de planifier ses activités et son développement de manière plus stratégique, lui permet également d’assurer la pérennité de certains de ses projets, tels que ses camps sur la sensibilisation à l’environnement.

« Ce financement survient à un moment très important pour nous. L’environnement est aujourd’hui un thème très populaire à travers le monde, et de plus en plus de personnes souhaitent s’engager dans ce combat. Même si les choses sont moins développées au Kosovo pour l’instant, j’espère que la vague écologique arrivera bientôt ici », conclut M. Klinaku.

Gardez le contact

Inscrivez-vous et recevez toutes les actualités, les récits et les événements directement dans votre boîte mail.