#FirstPersonStories - Récits à la première personne

Demander de l'aide
Morceaux choisis de #FirstPersonStories © Fonds européen pour la démocratie
Revenir à #FirstPersonStories

Megaphone

23 avril 2021

Megaphone : Un vent de changement dans le paysage médiatique libanais

Une plateforme médiatique indépendante fondée par de jeunes bénévoles en 2017 est devenue l’un des acteurs médiatiques les plus influents et les plus actifs du Liban. Megaphone, au style inspiré des réseaux sociaux, déconstruit les discours officiels et donne la parole aux populations marginalisées.

Jean Kassir, co-fondateur et directeur général de Megaphone, reconnaît que les manifestations d’octobre 2019 au Liban ont pris l’équipe de court. Déclenchées par de nouvelles taxes imposées dans le cadre de mesures d’austérité, ces manifestations de masse se sont étendues à tout le pays, tandis que les manifestants dénonçaient l’échec de la classe politique, la corruption généralisée et l’aggravation de la crise économique.

Au cœur des manifestations de 2019

Avant les événements d’octobre 2019, Megaphone était plutôt un magazine géré par des bénévoles, qui publiaient plusieurs vidéos explicatives par semaine et par mois, visionnées des dizaines de milliers de fois. Pendant les manifestations, le magazine s’est mis à publier des vidéos quotidiennes, qui ont été vues des centaines de milliers de fois.

« Nous avons tiré les enseignements de 2015 », explique M. Kassir au FEDEM, évoquant les manifestations populaires de masse « You Stink », organisées cette année-là pour protester contre les montagnes d’ordures accumulées dans les rues de Beyrouth et le dysfonctionnement du système politique. Les membres de Megaphone ont tous participé à ce mouvement.

« Même si les caméras filment en direct, vous ne pouvez pas croire tout ce qu’elles vous montrent. Tout dépend de l’angle sous lequel elles présentent les faits et, bien entendu, elles peuvent arrêter de filmer à tout moment. Nous voulions couvrir tous les aspects de la révolution, même les moins visibles. Nous descendions dans la rue tous les jours, en plein milieu des manifestants, et, tard le soir, nous préparions des "récapitulatifs" de tout ce qu’il s’était passé pendant la journée », explique-t-il. Dans le feu de l’action, l’équipe a travaillé presque jour et nuit.

L’équipe de Megaphone se concentre également sur ce qu’elle appelle la « déconstruction des discours ». Elle analyse de longs discours prononcés par d’éminentes personnalités politiques et les décortique pour en révéler les sous-entendus et inexactitudes. Elle explique comment les informations sont manipulées et lève ainsi le voile sur la mécanique à l’œuvre derrière les discours de la contre-révolution. Ensuite, elle publie des analyses condensées de ces discours sur les réseaux sociaux.

Comme le précise M. Kassir, le journalisme d’explication se trouve au cœur du fonctionnement de Megaphone. Tout au long des manifestations, l’équipe n’a cessé de produire des vidéos sur les raisons du déclin économique du pays ainsi que sur les aspects juridiques touchant aux manifestations, dévoilant les poursuites illégales entamées contre des manifestants.

Une plateforme d’expression publique

Les événements de 2019 ont également été marqués par la publication, sur la plateforme Megaphone, d’articles d’opinion rédigés par diverses voix au sein de la société, y compris nombre de jeunes et de femmes.

Megaphone a aussi organisé des micros-trottoirs, offrant ainsi aux citoyens sur le terrain un espace pour exprimer leurs opinions et se montrer critiques à l’égard des événements. « Cette initiative a permis de se départir de la conception élitiste qui veut que ce soient des "spécialistes" qui commentent les faits. Elle a donné à la population les moyens de se faire entendre », ajoute-t-il.

Megaphone big

Faire entendre la voix des jeunes

L’une des forces de Mégaphone est sa capacité à vulgariser des informations complexes et ainsi permettre à davantage de personnes de participer au débat public.

En 2017, quand la plateforme a été lancée avec le soutien du FEDEM, peu de médias dans le pays s’étaient adaptés à la révolution numérique. L’équipe de Mégaphone, composée de jeunes, souhaitait présenter l’actualité sur les réseaux sociaux, car c’est de cette manière que leur génération s’informe. Par le passé, Megaphone était principalement actif sur Facebook, qui attire un public très large au Liban. Depuis 2019, Instagram est également devenu un outil particulièrement important pour la plateforme.

De plus, les articles sont rédigés en arabe classique simplifié ou en 3ammiya, la langue populaire au Liban, et les vidéos utilisent toujours la langue vernaculaire plutôt que l’arabe classique, plus formel, généralement utilisé par les médias. À nouveau, il s’agit d’un choix délibéré. M. Kassir remarque que, ces derniers mois, plus de jeunes osent désormais utiliser l’arabe comme langue pour communiquer sur internet. Il espère que Mégaphone, ainsi que beaucoup d’autres plateformes, ont contribué à ce changement.

Cibler de nouveaux publics est l’un des objectifs clefs de Megaphone. « Nous sommes une génération qui a grandi avec les réseaux sociaux et nous comprenons comment ils fonctionnent – les algorithmes, l’attention réduite. Nous utilisons ces connaissances pour cibler des publics qui soutiennent d’autres partis. Une part importante de nos activités consiste à jeter des pavés dans la mare et à faire naître la conversation et le débat », déclare-t-il.

Une ligne éditoriale claire

Megaphone n’est pas un média centré sur les nouvelles factuelles. « Notre rôle, c’est de montrer la toile de fond, de mettre en contexte l’actualité. Nous avons créé des "cartes" sur les réseaux sociaux, qui nous permettent de nous concentrer sur certains sujets et de les mettre en lumière sur les réseaux sociaux, sous la forme de petites informations "facilement consommables". Nous avons également nos vidéos, grâce auxquelles nous pouvons davantage entrer dans les détails », explique-t-il.

M. Kassir insiste sur le fait que Megaphone n’est pas une plateforme militante. « Nous faisons la différence entre ce que nous considérons comme le mythe de l’objectivité et de la neutralité et les normes professionnelles du métier de journaliste, que nous respectons. Il s’agit donc de vérifier l’information que nous présentons et d’en exposer toutes les nuances, même si notre lecture politique est claire », précise-t-il.

C’est d’ailleurs cette approche qui explique que Megaphone privilégie les actualités qui ne sont généralement pas couvertes par les médias traditionnels. Parmi les dernières actualités couvertes, on trouve le statut des travailleurs migrants au Liban, qui ont été fortement touchés par la crise économique, la situation des personnes LGBT+ et celle des réfugiés, ou encore, l’ajout des rasoirs sur la liste des produits subventionnés, mais pas des serviettes hygiéniques.

L’explosion au port de Beyrouth

Le 4 août 2020, les bureaux de Megaphone ont été détruits par l’explosion au port de Beyrouth. L’équipe y organisait sa réunion mensuelle et plusieurs de ses membres se trouvaient dans les bureaux au moment de l’explosion. Si l’équipe a été traumatisée par cet événement, il l’a également galvanisée.

« Nous ne sommes pas simplement des observateurs. Nous sommes aussi des victimes. Nous voulons que justice soit faite », affirme-t-il. La couverture de cette tragédie par l’équipe de Megaphone a fait le buzz, grâce à sa vidéo « The Silent Conspiray » [« La Conspiration silencieuse »], qui montre comment la corruption généralisée a contribué à cette explosion et dénonce de hauts responsables.

 

L’avenir du Liban et de Megaphone

Le FEDEM a continué à soutenir Megaphone en lui octroyant une subvention. Celle-ci permet au noyau de l’équipe de travailler à temps plein, et non plus uniquement avec des bénévoles, bien que le bénévolat reste largement présent au sein du collectif. Le média cherche également à diversifier ses sources de revenus afin de garantir sa viabilité.

Si M. Kassir avoue qu’il est difficile de faire preuve d’optimisme aujourd’hui au Liban, il pense qu’une lueur d’espoir subsiste. Ces dernières années, de nombreux médias indépendants ont vu le jour, ce qui a contribué à un changement de mentalité au sein de la population. Il estime que l’opinion publique se montre désormais plus sceptique vis-à-vis des discours de la classe politique dominante et que la crise économique et politique a uni la population face à ce qu’elle considère comme le vol collectif de son pays par l’élite politique. Megaphone a certainement joué un rôle important dans ce changement de mentalité.

 

Gardez le contact

Inscrivez-vous et recevez toutes les actualités, les récits et les événements directement dans votre boîte mail.