Actualités

Retour à la rubrique Actualités

TV8 : boussole du paysage télévisuel moldave

22 novembre 2019

TV8 a été au cœur de la couverture médiatique de la « révolution silencieuse » qui a changé la face du paysage politique de la Moldavie en juin dernier. La directrice exécutive de TV8 nous ouvre les coulisses de l’une des principales chaînes de télévision indépendantes du pays.

Natalia Morari, Directrice exécutive de TV8, ne nous laissera la photographier que de profil aujourd'hui. Elle porte sur la tempe droite un petit bandage et nous raconte que le médecin qu’elle a consulté la veille au soir lui a conseillé de prendre une journée de repos.

« Mais c’est impensable », confie-t-elle. « Je ne peux pas me permettre ça. Je n’ai pas le choix. ». Et Natalia nous relate la fois où une de ses collègues est venue présenter une émission d'investigation avec une jambe dans le plâtre. 

Elle ne porte pas non plus ses éternelles lunettes à montures sombres, un peu sa marque de fabrique, comme lorsqu’elle présente son émission choc d’analyse politique le soir sur TV8.

TV8 est un organe d’informations dont les employés sont aussi dévoués que fidèles. TV8 s’est imposée comme l’une des chaînes de télévision indépendantes les plus importantes du pays, regardée par les Moldaves du monde entier, y compris par les téléspectateurs de langue roumaine et russe.

Cette année, TV8 a joué un rôle crucial durant la récente « révolution silencieuse », la destitution du puissant oligarque M. Plahotniuc à la tête du Parti démocratique et la formation d'une nouvelle coalition au gouvernement dirigé par Maia Sandu, qui réunit le bloc ACUM et le parti socialiste (PSSRM).

« Nous étions la seule chaîne à suivre et à diffuser en streaming et en direct depuis le Parlement jusqu’à 16 heures par jour pendant les événements. Nous n’étions pas au chaud dans nos locaux, comme les autres chaînes. Nous étions sur place pour suivre en direct les changements qui se dessinaient. Nous sommes allés dans différentes villes du pays et dans tous les bâtiments publics où il se passait quelque chose. Nous avons diffusé du contenu avec nos caméras, nos téléphones, comme on pouvait. Nous étions parmi les 5 principales chaînes de télévision actives au cours de ces semaines et c’est notre chaîne que tout le monde regardait. C’est à ce moment-là qu’il m’est apparu que nous étions en train de faire ce que nous avions toujours rêvé de faire », confie Natalia.

Le parcours n'a pas été facile pour cet organe d’information qui a élu domicile dans un immeuble de l’ère soviétique, au cœur de Chisinau. La télévision est le média privilégié pour les 3,5 millions d’habitants de la Moldavie mais dans un contexte où quatre des cinq chaînes de télévision nationale restent sous le contrôle de M. Plahotniuc et où trois autres chaînes liées au parti socialiste diffusent essentiellement leur contenu depuis la Russie, les voix indépendantes sont rares.

TV8, ou TV7 comme elle s’appelait alors, a frôlé la fermeture en 2017 après dix ans d’existence, en raison d’une détérioration du climat médiatique dans le pays et un durcissement considérable de la pression politique et juridique. La chaîne était alors déjà bien connue comme voix indépendante et contestataire du gouvernement.

Natalia décrit cette période comme très éprouvante pour la chaîne.

« Les éléments n’étaient pas en notre faveur. Nous n’avions pas de licence de diffusion et nous faisions l’objet de poursuites judiciaires. Notre budget publicitaire s’était effondré. Nous croulions sous les dettes et n’avions pas de quoi payer nos salariés. »

Avec l’aide du FEDEM, TV8 a été rebaptisée et restructurée sous forme de nouvelle chaîne de télévision appartenant à une association de journalistes indépendants. La chaîne a recommencé à diffuser en juin 2017, et malgré les éternels problèmes de financement, y compris en août 2018, quand la chaîne s’est vu contraindre d’arrêter à nouveau son activité pendant un mois, TV8 a su s'imposer comme un acteur incontournable du paysage médiatique moldave.

Natalia nous raconte comment, pendant la dernière crise, les chaînes concurrentes, notamment celles qui sont financées par l’homme politique déchu, Ilan Shor, ont tenté de débaucher, en vain, les employés de TV8. Beaucoup de fidèles de la chaîne sont venus lui prêter main forte. « Des retraités sont venus à nos studios nous donner des petites sommes d’argent et des repas. Un mécanicien s’est proposé pour entretenir gracieusement nos véhicules. Un fabricant de meubles nous a fourni des meubles pour notre nouvelle émission. Toutes ces personnes ont tout fait pour nous aider à reprendre l’antenne. Ça nous a énormément touchés. Cela veut dire que ce que nous faisons leur tient à cœur. »

La chaîne opère désormais en tant qu’ONG avec un comité d’observateurs indépendants. Natalia reconnaît que cette structure complique les choses, mais c’était un choix délibéré. Tous les bénéfices réalisés sont réinvestis dans la chaîne.

TV8 continue d’être une plateforme pour les militants de la société civile du pays. Elle était également l’un des principaux canaux de communication utilisés par les grands penseurs et les militants des droits civils après les élections de février 2019 afin de défendre l’idée d'une coalition politique entre ACUM et les socialistes, présentée comme l’unique manière d’évincer M. Plahotniuc et de débarrasser le pays de l’oligarque.

Interrogée sur les ambitions de TV8, Natalia est très claire :

« Nous voulons devenir la plus grosse plateforme multimédia de Moldavie. Nous informons les gens pour qu'ils puissent se faire leur propre opinion. Nous diffusons des informations objectives et libres. Nous pensons que le peuple peut influer sur la politique et favoriser le changement. Nous voulons donner aux gens les outils nécessaires pour qu’ils se fassent leurs propres idées et développent une pensée critique. »

À l’heure actuelle, TV8 est déjà bien plus qu’une simple chaîne de télévision. Le site Web de la chaîne est très prisé et suivi par d’innombrables internautes. La chaîne a diffusé 10 millions de minutes de contenu sur YouTube et enregistre l’audience la plus engagée sur Facebook par rapport à n’importe quelle autre chaîne de télévision du pays.

Natalia est optimiste quant à l’avenir de TV8, mais elle ne manque pas de souligner que sans le soutien de donateurs internationaux, les médias indépendants en Moldavie ne pourraient pas survivre. Le pays est pauvre, avec le PIB le plus faible d’Europe. Les recettes publicitaires restent limitées car une entente entre les deux plus grandes agences de publicité (l’une contrôlée par M. Plahotniuc et l’autre aux mains des socialistes) fausse le marché.

TV8 fait partie d'un groupe qui a introduit une plainte commune auprès des autorités pour dénoncer cette entente, mais comme le regrette Natalia, le gouvernement n’a pas encore réagi.

TV8 s’efforce de diversifier ses recettes et Natalia espère que YouTube, ses partenariats, la publicité et une campagne de financement collaboratif permettra à la chaîne d’être moins dépendante des subventions et de pérenniser son existence.

 

Gardez le contact

Inscrivez-vous et recevez toutes les actualités, les récits et les événements directement dans votre boîte mail.