À propos du FEDEM

Demander de l'aide

Qui sommes-nous

Le Fonds européen pour la démocratie (FEDEM ou le Fonds) est une institution indépendante créée en 2013 par l'Union européenne (UE) et les États membres de l'UE, qui fonctionne comme un fonds fiduciaire international autonome. La principale mission du Fonds est d'accorder des subventions et de promouvoir la démocratie dans le voisinage européen (Partenariat oriental et région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord), dans les Balkans occidentaux, en Turquie et au-delà.

Le FEDEM apporte son soutien aux organisations issues de la société civile, aux mouvements pro-démocratie, aux militants civiques et politiques ainsi qu’aux journalistes et médias indépendants œuvrant en faveur d'un système politique démocratique et pluraliste. L'aide du Fonds s'adresse également aux organisations nouvellement créées ou non enregistrées, aux plateformes informelles, aux groupes de jeunes et aux personnes individuelles. Le Fonds soutient en particulier ceux qui ne bénéficient d'aucune aide de la part des autres donateurs et des instruments mis en place par l'UE, à condition d’adhérer aux valeurs démocratiques fondamentales et de respecter les droits de l'homme et les principes de la non-violence.

Notre mission

Le Fonds soutient les initiatives des défenseurs de la démocratie et vient compléter les autres programmes de soutien démocratique de l'UE et des États membres. L'approche du Fonds repose sur la demande et répond aux besoins des défenseurs locaux de la démocratie qui ne pourraient prétendre à aucune autre source de financement.

Notre vision

  • Une approche souple

    Nous adoptons un modèle de financement flexible, opportun et adapté aux besoins particuliers des défenseurs de la démocratie

  • Une approche tournée vers le changement

    Nous soutenons les idées qui favorisent le changement et les acteurs qui les portent

  • Une approche atypique

    Nous pensons que le soutien à la démocratie exige une approche non conventionnelle

Notre histoire

La démocratie et les droits de l'homme font partie intégrante de l'histoire de l'Europe et sont les piliers de la stabilité à long terme tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l'Union européenne. La défense de la démocratie a toujours été au cœur des politiques étrangères de l'Union mettant l’accent sur les processus de démocratisation dans les États non membres de l'UE, généralement à travers la mise en place d'instruments comme l'Instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme, l'Instrument de stabilité et l'Instrument européen de voisinage et de partenariat.

Le Fonds européen pour la démocratie (FEDEM) a été créé en 2013 par l'Union européenne (UE) et les États membres de l'UE afin de se doter d'un mécanisme indépendant et complémentaire destiné à apporter une aide technique et financière, rapidement et avec souplesse, afin de promouvoir la démocratisation et les droits de l'homme dans le voisinage européen.

  • Les bases

    Le Fonds est né dans le contexte politique fécond post-Printemps arabe, lorsque les changements historiques en Afrique du Nord et les tensions croissantes observées dans le même temps en Europe de l'Est soulignaient la nécessité de mettre en place un mécanisme d’intervention rapide venant compléter les instruments existants au titre de la politique européenne de voisinage.

    L'allocation de ressources à travers les procédures complexes régissant généralement l'octroi de fonds européens s'est souvent avérée incompatible avec la souplesse et la flexibilité que requièrent les situations atypiques sur le terrain qui ne se prêtent pas aux les modèles de financement traditionnels.

    L'idée de créer une structure moins bureaucratique financée par l'UE, à travers laquelle une partie des fonds consacrés à la démocratie et à la défense des droits de l'homme pourrait transiter, n'était cependant pas une nouveauté. Plusieurs demandes de création d'un fonds capable de répondre dans l’urgence à des besoins imprévus nés de circonstances exceptionnelles avaient d'ores et déjà été émises dès 2006 (notamment dans le cadre de la résolution de 2006 du Parlement européen sur la politique européenne de voisinage).

  • Impulsion pour un nouveau mécanisme de soutien à la démocratie

    Cette nouvelle impulsion est née des événements des révolutions arabes. Dans les situations extrêmes comme les révolutions arabes et les manifestations Euromaidan en Ukraine, les mouvements pro-démocratie, individuels ou collectifs, émergent spontanément. Ces entités ne sont pas officiellement enregistrées, elles ne possèdent pas de structure organisationnelle cohérente et n'ont aucune expérience des démarches à effectuer pour obtenir des financements. Dans les pays sous le joug de régimes répressifs, la sécurité ou la liberté des futurs bénéficiaires, voire la simple difficulté à intervenir pour les acteurs extérieurs, entravent considérablement l'aide que les donateurs traditionnels peuvent fournir.

    Les transformations survenues dans le voisinage européen ont redéfini les besoins des acteurs locaux pro-démocratie et mis en évidence les limites des instruments en place, ces derniers étant inadaptés pour intervenir dans les environnements en mutation et répondre à des défis en constante évolution.

  • Du concept à la réalité

    En janvier 2011, le ministre des Affaires étrangères polonais, Radosław Sikorski, a présenté une proposition au Conseil des affaires étrangères de l'UE pour la création d'une nouvelle initiative européenne, baptisée « Fonds européen pour la démocratie », à l'occasion de la révision de la Politique européenne de voisinage. L'idée consistait à créer une institution destinée à compléter les instruments européens de promotion de la démocratie et à combler les lacunes existantes par le biais d’une aide plus souple et moins bureaucratique.

    Ce projet devint l'initiative phare de la Présidence polonaise du Conseil de l'UE durant la seconde moitié de l'année 2011. L'initiative reçut l'appui politique de la Haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité alors en exercice, Catherine Ashton et du Commissaire de l'UE pour l'élargissement et la politique européenne de voisinage alors en exercice, Štefan Füle. Elle fut ensuite inscrite dans une communication conjointe de la Haute représentante et de la Commission européenne sur Une stratégie nouvelle à l'égard d'un voisinage en mutation. Ce travail s’est conclu par l’adoption des Conclusions du Conseil de décembre 2011, et la Déclaration sur la création d'un Fonds européen pour la démocratie. En mars 2012, le Parlement européen exprima également officiellement son soutien par le biais de sa recommandation à l'intention du Conseil sur les modalités de l'éventuelle création d'un Fonds européen pour la démocratie.

    Après la finalisation des statuts du FEDEM par les États membres et les institutions de l’UE, la première réunion du Conseil des gouverneurs s’est tenue le 13 novembre 2012, et les opérations du secrétariat du Fonds ont démarré au mois de juillet 2013. Le Fonds repose sur un partenariat entre les institutions de l'UE, la Commission et le Parlement, et les États membres.

    À l'origine, le mandat du Fonds concernait les seuls pays du voisinage européen. En 2015, le Conseil des gouverneurs du Fonds a toutefois adopté une décision en vue d'étendre le domaine de compétence des activités du Fonds afin de couvrir les « voisins des voisins » et notamment : le Bahreïn, le Tchad, l'Iran, l'Iraq, le Koweït, le Mali, la Mauritanie, le Niger, Oman, le Qatar, l'Arabie saoudite, le Soudan, la Turquie, les Émirats arabes unis, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie, le Tadjikistan le Turkménistan et l'Ouzbékistan.

    En 2018, le Fonds a une fois de plus étendu ses opérations aux Balkans occidentaux pour inclure désormais l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, la Macédoine du Nord, le Monténégro et la Serbie.

Nos collaborateurs

Le travail du Fonds est supervisé par le Conseil des gouverneurs et le Comité exécutif composés de représentants des institutions et des États membres de l'UE, ainsi que d'experts issus de la société civile, spécialistes des questions de démocratie. Le fonctionnement courant du Fonds est assuré par le secrétariat établi à Bruxelles.

Le Conseil des gouverneurs, présidé par le député européen David McAllister, compte 43 membres : les représentants des 27 États membres de l'UE, la Norvège, le Service européen pour l'action extérieure, un(e) représentant(e) désigné(e) par la Commission européenne, neuf membres du Parlement européen (représentant différents groupes politiques et désignés par la conférence des présidents du Parlement européen) et trois membres élus représentant la société civile européenne.

Le Conseil se réunit tous les six mois et coordonne le mandat, la mission et les orientations générales des opérations et du développement du Fonds. Il reçoit les rapports réguliers de la part du Comité exécutif et du Directeur exécutif.

  • MCALLISTER DavidPrésident
    Membre du Parlement européen

  • ARENA MariaMembre du Parlement européen

  • BREKA SandraExperte de la société civile

  • DEMEŠ PavolExpert de la société civile

  • FOTYGA AnnaMembre du Parlement européen

  • GAHLER MichaelMembre du Parlement européen

  • GUETTA BernardMembre du Parlement européen

  • LAGODINSKY SergeyMembre du Parlement européen

  • MARIANI ThierryMembre du Parlement européen

  • PICULA ToninoMembre du Parlement européen

  • PILEGAARD LisbethExperte de la société civile

  • ZOVKO ŽeljanaMembre du Parlement européen

  • Allemagne  
  • Autriche 
  • Belgique 
  • Bulgarie 
  • Chypre  
  • Croatie  
  • Danemark  
  • Espagne  
  • Estonie  
  • Finlande  
  • France  
  • Grèce  
  • Hongrie  
  • Irlande  
  • Italie  
  • Lettonie  
  • Lituanie  
  • Luxembourg  
  • Malte  
  • Norvège  
  • Pays-Bas  
  • Pologne  
  • République tchèque  
  • Roumanie  
  • Royaume-Uni  
  • Slovaquie  
  • Slovénie  
  • Suède  
  • Union européenne  

Le Comité exécutif est composé de sept membres représentant divers domaines de spécialisation, notamment des experts de la société civile et du travail sur le terrain, ainsi que des représentants des États membres de l'UE. Le comité se réunit tous les deux mois afin de voter le financement des futurs projets. Le comité est présidé par Lisbeth Pilegaard.

  • Lisbeth PILEGAARDPrésidente
    Experte de la société civile

    Biographie

    Lisbeth PILEGAARD

    Présidente et Experte de la Société Civile Biographie

    Lisbeth Pilegaard est Directrice exécutive du Danish Institute for Parties and Democracy (DIPD) qui collabore étroitement avec les partis politiques danois en faveur du développement de partis politiques démocratiques, de systèmes multipartites et d’autres institutions. Lisbeth Pilegaard est l’ancienne Directrice exécutive de l’ONG danoise Outside qui œuvre pour les droits des groupes socialement marginalisés.

    Lisbeth Pilegaard a été détachée par le ministère des Affaires étrangères danois en tant que conseillère-experte en affaires humanitaires auprès d'un Groupe de haut niveau sur le financement de l'action humanitaire mandaté par le Secrétaire général des Nations unies pour apporter une solution aux crises humanitaires sur l'ensemble de la planète.

    Préalablement, Mme Pilegaard dirigeait le département du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord au sein de KVINFO, une éminente institution danoise indépendante qui œuvre en faveur de la parité, de l’égalité et de la diversité. Dans le cadre de partenariats stratégiques entre le Danemark et la région MENA, elle a travaillé avec plus de 90 partenaires des secteurs public, privé, universitaire et de la société civile pour renforcer la participation des femmes à la vie économique et politique de la région. Mme Pilegaard a également dirigé l’appui technique des nombreuses opérations du Conseil norvégien des réfugiés (NRC) et a établi et dirigé le NRC en Afghanistan, au Pakistan et en Iran en tant que Représentante régionale pendant trois ans.

    Mme Pilegaard a siégé au sein de nombreux comités d'ONG, de l'ONU et l'UE et participé à divers groupes de travail sur la coordination, la cohérence et la transparence du développement et de l’aide humanitaire. Elle a été membre de la délégation danoise lors de la Commission de l'ONU sur la condition de la femme en 2013 et a siégé au sein du Conseil de l'ONG Action Aid au Danemark. Elle a également été membre du conseil de Transparency International pour le Danemark et a été nommée conseillère pour le programme Global Compact - Cities Programme des Nations unies en Australie. Mme Pilegaard est membre du comité directeur du Réseau de femmes médiatrices des pays nordiques qui œuvre pour l’inclusion des femmes dans les processus de paix dans le monde.

    Mme Pilegaard a étudié la rhétorique avec une spécialisation en négociations de paix internationales à l’université de Copenhague. Elle intervient régulièrement au sein d’institutions académiques et politiques.

  • DEMEŠ PavolVice-président
    Experte de la société civile

    Biographie

    DEMEŠ Pavol

    Expert de la société civile Biographie

    Pavol Demeš est un expert indépendant en politique étrangère et société civile, basé à Bratislava. Pavol Demeš est un dirigeant d’ONG internationalement reconnu basé à Bratislava. Dans le sillage des changements démocratiques de 1989, il a occupé le poste de directeur exécutif de la Slovak Academic Information Agency – Service Centre for the Third Sector, une éminente ONG slovaque à l’époque. Il a assumé les fonctions de ministre des Relations internationales (1991-1992) et de conseiller en politique étrangère du président de la République slovaque (1993-1997). Après avoir dirigé pendant dix ans le département Europe centrale et orientale du German Marshall Fund of the United States (2000-2010), M. Demeš est actuellement un chercheur non résident de l’organisation, ainsi qu’un conseiller externe du ministère slovaque des Affaires étrangères et européennes.

    Avant d’embrasser une carrière dans les affaires publiques au lendemain de la révolution de velours, M. Demeš était un chercheur en bio-médecine à l’université Comenius de Bratislava. Diplômé de l’université Charles de Prague, M. Demeš était chercheur en politique publique au Woodrow Wilson Center de Washington D.C. en 1999.

    M. Demeš est l'auteur de nombreuses publications sur la démocratie et la société civile, et s’est par ailleurs vu décerner le Prix pour la démocratie et la société civile de l’UE et des États-Unis et le prix Democracy and Governance d’USAID.

  • BREKA SandraExperte de la société civile

    Biographie

    BREKA Sandra

    Expert de la société civile Biographie

    Sandra Breka siège au Conseil d'administration de la Fondation Robert Bosch depuis septembre 2017. Dans le cadre de ses attributions, Mme Breka intervient dans le département des relations internationales de la Fondation, dirige l'élaboration des programmes et le travail de liaison à Berlin, et travaille à la Robert Bosch Academy, un groupe de réflexion multilatéral et interdisciplinaire.

    Mme Breka travaille pour la Fondation Robert Bosch depuis 2001 et a à ce titre rempli diverses missions, notamment, la mise en œuvre d'un vaste éventail de programmes internationaux de la Fondation, chargée de l'établissement de la Robert Bosch Academy, de la gestion des relations avec les partenaires publics et privés à Berlin et de la direction du Bureau de représentation de la Fondation à Berlin dont elle est la Vice-présidente depuis 2013.

    Experte en relations internationales et en politique étrangères et de sécurité, Sandra Breka avait préalablement occupé la fonction de Directrice de programme à l'Aspen Institute Berlin suite à un poste pour l'American Council on Germany à New York. Après avoir étudié en Allemagne, en France et aux États-Unis, Mme Breka a obtenu son M.A. à la Columbia University de New York. Mme Breka était membre du programme Yale World Fellow en 2008.

    Sandra Breka est membre du Conseil européen des relations internationales (ECFR) et siège, entre autres, au Conseil du Mercator Institute for China Studies (MERICS), ainsi qu'au Conseil d'administration et au Comité exécutif du Fonds européen pour la démocratie (FEDEM).

  • GUETTA BernardMembre du Parlement européen

    Biographie

    GUETTA Bernard

    Membre du Parlement européen Biographie

    Bernard Guetta est député européen, élu en mai 2019 sur la liste Renaissance de La République en Marche. Il est membre du groupe Renew Europe.

    Avant d’arriver au Parlement européen, il a été pendant une quarantaine d’années un journaliste reconnu, spécialiste de géopolitique internationale.

    Entre 1979 et 1990, il fut correspondant du quotidien Le Monde à Vienne, Varsovie, Washington et Moscou. De 1991 à 1993, il a été rédacteur en chef du magazine l’Expansion ; il a dirigé la rédaction de l’hebdomadaire, le Nouvel Observateur entre 1996 et 1999. De 1991 à 2018, il tient une chronique géopolitique dans l'émission du matin de la radio publique France Inter.

    Il publie régulièrement des articles et des tribunes dans Le Temps, dans Libération, dans les journaux italiens La Repubblica, L'Espresso, et dans le journal polonais Gazeta.

    En 1981, il remporte la plus haute récompense du journalisme francophone, le prix Albert Londres et reçoit en 1989 le Prix Mumm pour son livre « Géopolitique ».

    Au Parlement européen, est membre de la commission des Affaires étrangères, de la sous-commission des Droits de l'homme et de la commission de la Culture et de l'éducation. Il appartient également à la délégation de coopération parlementaire UE-Russie, à la délégation pour les relations avec les pays du Machrek ainsi qu’à la délégation à l’Assemblée parlementaire de l'Union pour la Méditerranée.

  • LIGOR MariaRoumanie

    Biographie

    Maria LIGOR

    Roumanie Biographie

    Avant son poste actuel d'ambassadrice extraordinaire et de représentante spéciale pour la coopération internationale, la promotion de la démocratie et des droits de l’Homme, Maria Ligor occupait le poste de ministre des Affaires de la diaspora au sein du gouvernement technocrate de Roumanie en 2016.

    Entre 2006 et 2011, elle a été ambassadrice dans le Royaume d’Espagne, ainsi que représentante permanente auprès de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). Elle a brièvement occupé le poste de Secrétaire générale par intérim du ministère roumain des Affaires étrangères et de 2003 à 2006, elle a assumé la fonction de directrice générale des affaires européennes (UE et relations bilatérales).

    Diplomate depuis 1996, Mme Ligor a travaillé au sein de la mission de la Roumanie auprès de l’UE (1998-2002), à l’Ambassade roumaine du Luxembourg (1997) et au sein des directions pour la planification politique pour l’Union européenne et l’Europe occidentale à Bucarest. Elle a également effectué des stages au Parlement européen et au Conseil de l’Europe.

    Maria Ligor est titulaire d'un Master au Collège d’Europe de Bruges et un diplôme d’études approfondies en sciences politiques à l’Université Libre de Bruxelles. Elle a étudié à l’Institut européen de l’université de Genève et a participé à des programmes tels que « Managing and Shaping Change in the Information Society » (Gérer et structurer l’évolution de la société de l’information) à la JFK School of Government de l’université d’Harvard et le Projet Kokkalis à Athènes. En Roumanie, Maria Ligor s’est spécialisée en relations internationales à l’École nationale des études politiques et administratives, après avoir obtenu un diplôme de l’université polytechnique de Bucarest en 1990.

  • MURIEL Jose MariaEspagne

    Biographie

    José María MURIEL

    Espagne Biographie

    José María Muriel travaille pour les services diplomatiques espagnols depuis 1990. Après avoir occupé divers postes à la représentation permanente du Royaume d'Espagne auprès de l'Union européenne et à l'ambassade du Royaume d'Espagne aux États-Unis et au Canada, M. Muriel occupe actuellement la fonction de Secrétaire général technique rattaché au ministère espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération.

    M. Muriel a également occupé les postes d'ambassadeur extraordinaire pour les droits de l'homme, la démocratie et l'État de droit, et de consul général du Royaume d'Espagne à Hanovre, en Allemagne. Lorsqu'il travaillait pour les institutions européennes, M. Muriel a occupé le poste de « référendaire » à la Cour de justice de l'Union européenne et a été responsable de l'équipe Justice, Sécurité et Droits de l'homme de la délégation européenne aux États-Unis. M. Muriel a également été conseiller du cabinet du président du gouvernement du Royaume d'Espagne pour les relations bilatérales sur l'Europe et les affaires européennes.

    Outre sa carrière diplomatique, M. Muriel enseigne les affaires européennes, les droits de l'homme et diverses autres matières à l'École diplomatique d'Espagne et autres institutions de Madrid. M. Muriel est diplômé en droit de l'université de Cordoue et titulaire d'un Master en hautes études juridiques européennes du Collège d'Europe. Il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages portant essentiellement sur les affaires européennes.

  • POMIANOWSKI JerzyDirecteur exécutif du FEDEM

    Biographie

    Jerzy POMIANOWSKI

    Directeur exécutif Biographie

    Jerzy Pomianowski travaille dans les affaires internationales depuis près de 30 ans, ayant occupé tour à tour les postes de ministre adjoint des Affaires étrangères de Pologne, Directeur du Partenariat pour la gouvernance démocratique de l'OCDE et du PNUD et Ambassadeur polonais au Japon.

    En 2013, M. Pomianowski dirigeait la mise en place du Fonds européen pour la démocratie (FEDEM) dont il est depuis le Directeur exécutif.

    M. Pomianowski a commencé sa carrière de fonctionnaire en 1990, au lendemain de la chute du communisme, tout d'abord au ministère de l'Éducation, puis en tant que ministre des Affaires étrangères. M. Pomianowski a supervisé le lancement de Poland Aid (2006-2008) et occupé le poste de Directeur général du Service des affaires étrangères polonais (2005-2006).

    Avant 1989, M. Pomianowski était un membre actif de l'opposition démocratique en Pologne. Il était rédacteur en chef de la maison d'édition souterraine, Independent Publishing House, à l'université de Varsovie, son Alma Mater.

    Pendant son temps libre, M. Pomianowski préside la fédération polonaise d'aïkido.

L'équipe multinationale du Fonds est composée de professionnels dévoués jouissant d'une vaste expérience dans le domaine des organisations internationales, des ONG et du travail sur le terrain dans les pays du voisinage européen et au-delà.

Partenaires Fondateurs du FEDEM

Vingt-trois pays européens membres du Conseil des gouverneurs ont à ce jour contribué au budget du programme du Fonds. Le budget de fonctionnement du Fonds est couvert par une subvention allouée par la Commission européenne.

eedcanada wordmarksoutient la démocratie de base en Ukraine. Le FEDEM gère la contribution canadienne de 5 millions de dollars canadiens destinée a fournir des subventions pour le développement de la société civile ukrainienne.

  • Allemagne
  • Autriche
  • Belgique
  • Bulgarie
  • Chypre
  • Danemark
  • Espagne
  • Estonie
  • Finlande
  • Hongrie
  • Irlande
  • Lettonie
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Norvège
  • Pays-Bas
  • Pologne
  • République tchèque
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Suède
  • Suisse
  • Canada
  • Union européenne

Gardez le contact

Inscrivez-vous et recevez toutes les actualités, les récits et les événements directement dans votre boîte mail.