EED10 Years Supporting Democracy

#FirstPersonStories

Apply for support
Back to #FirstPersonStories

Equity and Empowerment

15 February 2022

Défendre les droits des femmes dans le nord-ouest de la Syrie

Equity and Empowerment organise des séances de formation et des ateliers afin de favoriser l’émancipation des femmes dans le nord-ouest de la Syrie et de les encourager à participer activement à la vie publique.

Equity and Empowerment

Alors que la Syrie reste ravagée par le conflit et l’instabilité généralisée, la communauté internationale est, c’est compréhensible, plus encline à concentrer son aide humanitaire sur les quelque 11 millions de personnes, soit 88,3 % de la population, qui vivent dans le besoin. Hiba Ezzideen Al Haji, co-fondatrice et présidente d’Equity and Empowerment, souligne que cette approche généraliste comporte toutefois un risque, celui de négliger d’autres besoins bien réels, comme ceux des femmes syriennes.

Hiba se dit féministe, tout comme ses co-fondatrices de Equity and Empowerment, qui vivent en Turquie, comme elle, et deux autres membres de l’équipe établies en Syrie. Toutes partagent le sentiment que le manque d’attention accordé aux besoins des femmes est problématique. « Il est crucial de donner aux besoins des femmes l'importance qu’ils méritent. Quand on parle de menstruation, de mariage précoce et de chantage, ces questions ne sont jamais une priorité sur le plan purement humanitaire. »

Pour Hiba et ses camarades, si les femmes sont absentes de la sphère publique, comme c’est le cas dans la région du nord du pays contrôlée par le groupe Hayat Tahrir al-Cham, elles ne se font pas entendre, elles sont marginalisées et elles ne peuvent jouer aucune rôle dans les opérations de consolidation de la paix, ni dans les processus politiques. C’est dans cet esprit que l’équipe a organisé son premier groupe de réflexion avec des femmes de minorité druze au cours de l’été 2019.

« Il a été frappant de constater qu’elles ne connaissaient ni ne comprenaient leurs besoins en tant que femmes. Elles se considéraient simplement comme des membres d’une communauté druze. Il nous est également apparu important de rapprocher des femmes issues de différentes communautés afin de surmonter les différends nés de 10 années de guerre et de leur donner les moyens d’être actives dans la société », précise Hiba. Originaire d’Idlib, Hiba n’est pas sans savoir que l’implication politique des femmes est un sujet sensible dans la société traditionnelle de cette région.

EquityEmpowerment2

Rapprocher des femmes sunnites et druzes

En 2020, après l’enregistrement officiel d’Equity and Empowerment en tant qu’ONG en Turquie, Hiba et ses acolytes, dans un souci de mieux comprendre les causes des violences qui sont faites aux réfugiées, ont organisé d’autres groupes de réflexion auxquels ont participé plus de 600 femmes. Deux rapports ont été publiés sur la base de leurs conclusions.

C’est grâce à une aide du FEDEM que l’équipe a pu lancer son projet inaugural en Syrie et réunir pour la première fois 20 femmes sunnites et 20 femmes druzes à l’occasion d’une initiative de formation visant à sensibiliser les femmes à la démocratie et à leurs droits, et à les aider de manière concrète. Cette aide pratique vise, notamment, à améliorer leurs compétences en matière de technologie numérique et en cyber-sécurité et à leur apprendre à réparer et à mettre à jour elles-mêmes leurs propres appareils électroniques afin de ne plus être tributaires d’étrangers, en général des hommes dans les magasins de téléphonie mobile, qui n’hésitent pas à voler leurs données et leurs photos pour ensuite les faire chanter. Des formations pour de nouvelles carrières sont également prévues, comme le journalisme visuel, une profession typiquement réservée aux hommes dans cette société.

« L’objectif initial était d’établir le dialogue entre ces femmes et d’instaurer la confiance. Il nous est rapidement apparu qu’elles commençaient à échanger sur Facebook, à s’inviter chez elles et à interagir avec d’autres femmes en dehors du groupe initial. C’était le premier pas vers la normalisation des relations entre des femmes issues de deux communautés.

Six mois plus tard, les femmes qui avaient participé à ce premier projet comptaient parmi un groupe de 100 femmes originaires d’Idlib qui a adressé une lettre à l’envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU, laquelle a par la suite été lue lors du Conseil de sécurité. « Cela a été un moment marquant pour nous : pour la première fois, elles faisaient véritablement entendre leur voix », s’enorgueillit Hiba.

EquityEmpowerment3

Engager les femmes dans la vie politique et la société civile

Ayant depuis bénéficié d'une deuxième subvention octroyée par le FEDEM, Equity and Empowerment poursuit son travail à Idlib, œuvrant pour les femmes aient toute leur place au sein de la collectivité, « pas seulement en tant qu’employées » tient à préciser Hiba « mais en tant qu’ambassadrices capables de se faire entendre et d’encourager d’autres femmes à s’engager politiquement et à travailler avec la société civile. »

« Nous cherchons à instaurer un lien réel entre les actions de terrain et les actions politiques. Très peu de femmes s’intéressent à ce qu'il se passe sur le plan politique et le risque d’une telle indifférence est de voir les partis politiques négocier des accords qui ignorent totalement les droits des femmes », s’indigne Hiba.

À la question de savoir comment elle s’y prend pour convaincre des femmes malgré des attitudes traditionnelles très ancrées, Hiba répond qu’elle cite souvent le nom de puissantes femmes syriennes qui, par le passé, ont marqué l’histoire du pays.

Hiba finance avec ses fonds propres un autre projet baptisé « Projet Horizon » qui encourage les femmes à apprendre à conduire.

« Les femmes de notre équipe avaient du mal à se déplacer d’un endroit à l’autre. Elles étaient harcelées dans les transports publics et avec les jihadistes de Hayat Tahrir al Cham au pouvoir, se déplacer en voiture peut être très compliqué si l’homme qui tient lieu de chauffeur n’est pas un membre de la famille. J’ai donc acheté une voiture et recruté un moniteur pour qu’elles apprennent à conduire », confie Hiba.

EquityEmpowerment4

Opérer dans un contexte difficile

Hiba reconnaît que le nord-ouest de la Syrie n’est pas la région la plus propice au bon fonctionnement d’une organisation de la société civile. Le chef des islamistes syriens a récemment qualifié les féministes « d’agents et d’espionnes ». Hiba sait que les autorités désapprouvent le travail de l’organisation même si elles sont aussi conscientes des effets positifs de ses actions.

« Après avoir suivi notre formation, de nombreuses femmes ont trouvé un emploi et perçoivent désormais un salaire, et les maris voient d’un bon œil ce partage de la charge financière », se félicite-t-elle. Hiba admet que les liens qu’entretient l’organisation et sa profonde connaissance de la culture et des traditions de la communauté lui facilitent la tâche.

La plus grande difficulté à laquelle Equity and Empowerment fait désormais face est le financement. En effet, de nombreux bailleurs de fonds internationaux rechignent à soutenir des actions dans cette région en raison du risque d’interférence de Hayat Tahrir al Cham. Le financement de base du FEDEM est crucial et permet de couvrir les dépenses quotidiennes de l’association, mais la détermination de Hiba reste inébranlable.

« Nous travaillons pour une cause », insiste-t-elle. Elle envisage de faire appel au financement participatif, consciente pourtant que ce ne sera pas simple vu l’actuelle crise humanitaire. Elle songe également à financer une école pour filles où seront enseignés les fondamentaux défendus par l’association pour une citoyenneté démocratique. Et dans le pire des cas, elle et ses co-fondatrices sont prêtes à faire don d’une part de leur salaire pour garantir la pérennité de Equity and Empowerment.