News

Back to news

Donner aux femmes les moyens d'un changement démocratique

7 March 2018

À l'heure de la Journée internationale des femmes, nous avons souhaité revenir sur les initiatives soutenues par le FEDEM attachées à intégrer les femmes au processus démocratique. Vous y découvrirez les récits de certains de nos partenaires qui contribuent au changement positif et qui œuvrent pour créer un monde qui prône une plus grande égalité entre les sexes.

Activists taking part in a rally for gender equality in Moldova organised by EED-supported Group of Feminist Initiatives © Dinu Bubulici

Le thème de la campagne cette année #PressForProgress, souligne la volonté de voir triompher l'égalité homme-femme et une société inclusive, éléments incontournables du progrès dans toutes les sphères. Le FEDEM soutient activement la création de relations de pouvoir égalitaires et les initiatives en faveur de l'égalité des sexes dans les processus de construction démocratique. En 2017, un quart des initiatives financées par le FEDEM étaient en rapport avec l'égalité des sexes. Cependant, la perspective d'égalité des sexes reste un défi, en particulier dans les sociétés où les femmes sont marginalisées et exclues des prises de décision et du processus politique.

L'amélioration du statut de la femme figure au centre des préoccupations d'un certain nombre d'initiatives syriennes offrant des formations de renforcement des compétences et d'initiation à la vie civique et politique pour les femmes réfugiées de la vallée de la Bekaa au Liban.

Le Groupe d’Initiatives Féministes lutte contre le sexisme et s'emploie à mettre à mal les stéréotypes sur le féminisme en République de Moldavie. En 2017, le groupe avait fait parler de lui en luttant activement contre la discrimination faite aux femmes dans la sphère publique, en particulier en politique. Le groupe a soutenu une campagne destinée à introduire des quotas pour les femmes au Parlement et a depuis élargi son champ d’action, cherchant à sensibiliser sur d’autres aspects de l’égalité entre les sexes qui ne sont pas explicitement liés au féminisme.

« Les sociétés post-soviétiques sont très patriarcales, le mode d'interaction entre les hommes et les femmes est profondément enraciné », explique Polina Ceastuhina, co-fondatrice de l'initiative.

Au Maroc, à travers la littérature, des expositions d'art et des discussions, Hakima Lebbar de la Galerie Fan-Dok est parvenue avec brio a relancer le débat public sur l'égalité des droits de succession. La prise de position d'un religieux salafiste en faveur de l'égalité du partage des droits de succession entre les hommes et les femmes a valu au projet une couverture médiatique locale et internationale.

Une initiative entreprise par une ONG libanaise, KAFA (« Ça suffit » en arabe) s'attache à éliminer l'exploitation et la violence subies par les femmes à travers un film qui aborde les lois sur le statut personnel qui régissent les affaires de la famille. La célèbre journaliste d'investigation Diana Moukalled a recueilli le témoignage de femmes issues de milieux et d'obédiences religieuses très variés pour mieux faire comprendre en quoi ces lois discriminent les femmes et perpétuent une violence conjugale et institutionnelle à leur encontre.

Face aux développements sociétaux alimentés par des mouvements tels que #MeToo, #TimesUp ou #BalanceTonPorc, le moment nous semble très opportun pour la campagne #PressForProgress. Ces récits sont un aperçu du travail réalisé par nos partenaires et présentent quelques pistes parmi tant d'autres permettant de contribuer au changement.

Stay in touch

Sign up for all the latest news, stories and events straight to your inbox.