30 June 2016
Location Le Fonds européen pour la démocratie Avenue des Gaulois 29
1040 Bruxelles, Belgique

Anniversaire de l'EED : « La démocratie est bien plus qu'un simple mot écrit sur une feuille - c'est un organisme vivant »

30 June 2016
Le Fonds européen pour la démocratie Avenue des Gaulois 29
1040 Bruxelles, Belgique

Le 30 juin, l'EED (European Endowment for Democracy) célébrait son troisième anniversaire. Depuis 2013, l'EED offre son soutien aux acteurs de la société civile et aux militants pour la démocratie dans les zones voisines de l'Europe et au-delà. Au cours de ces trois années, l'EED a financé quelque 333 initiatives dans plus de 20 pays.

Partenaires et amis de l'EED étaient au rendez-vous pour célébrer cet événement

Pour marquer cette occasion spéciale, l'EED avait invité à Bruxelles 14 de ses partenaires et bénéficiaires d'Arménie, Azerbaïdjan, de Belarus, de Géorgie, de Jordan, du Liban, de Moldavie, de Palestine, de Syrie, de Tunisie et d'Ukraine.

Quelques-uns de ces partenaires ont prit part au groupe de discussion intitulé Valeurs communes pour des actions communes : l'avenir du soutien de l'UE en faveur de la démocratie dans les zones voisines de l'UE, animé par Orysia Lutsevych, chercheuse associée à Chatham House. Parmi les intervenants figuraient Joanna Wronecka, ministre adjointe des Affaires étrangères de Pologne et Maciej Popowski, Vice-directeur général de la Direction générale du voisinage et des négociations d'élargissement de la Commission européenne.

Dans son allocution, Mme Wronecka a félicité l'EED pour ses trois années de travail soutenu, ajoutant que l'EED avait « dépassé nos attentes ».

« Les résultats de l'EED sont très positifs et impressionnants. Nous encourageons vivement les donateurs à soutenir les opérations de l'EED » ajoutait Maciej Popowski, de la Commission européenne. Ce dernier a également souligné le rôle joué par l'EED dans l'examen de la politique européenne de voisinage (PEV) et la volonté de la Commission européenne de voir l'EED participer à la mise en œuvre de l'examen.

« La démocratie est bien plus qu'un simple mot écrit sur une feuille - c'est un organisme vivant »

Riadh Abidi de l'Association Tunisienne d'Action Culturelle a ensuite fait le bilan de la situation politique en Tunisie, décrite comme étant encore très difficile et fragile, expliquant que le gouvernement ne donnait pas la priorité à la démocratie, ni à la résolution des problèmes sociaux et que la corruption s'était intensifiée suite aux événements du Printemps arabe.

L'une des tâches de son association consiste donc à mobiliser les communautés locales afin de lutter contre la corruption.

De son côté, Polina Ceastuhina, qui représentait le Group of Feminist Initiative de Moldavie signalait que les termes « démocratie » et « intégration européenne » avaient grandement perdu leur valeur symbolique dans la société, en raison de leur association à des partis corrompus dans son pays, érodant la confiance des citoyens à l'égard de l'Union européenne, des réels acteurs pro-démocratie et des valeurs qu'ils incarnent. Dans ce contexte, le développement de la pensée critique, l'intensification de l'éducation aux médias, l'explication et la promotion de la démocratie et du pluralisme revêtent un intérêt de taille.

« La démocratie est bien plus qu'un simple mot écrit sur une feuille - c'est un organisme vivant » a déclaré M. Dayoub lors d'un discours passionné, implorant l'UE de ne pas abandonner la Syrie dans son combat pour la liberté et la démocratie :

« Le peuple du monde arabe croit en ces valeurs, il est prêt à mourir pour elles ». Et de rendre hommage également à la formidable résilience du peuple syrien et à la coopération civile qui a jusqu'à maintenant aidé la société syrienne à survivre.

Arif Yunus, fondateur de l'Institute of Peace and Democracy en Azerbaïdjan et lui-même ancien prisonnier politique, a souhaité attiré l'attention sur le sort de 148 détenus politiques en Azerbaïdjan. Évoquant la situation actuelle dans son pays d'origine, il a expliqué que « pour les habitants des pays issus de l'ancienne Union soviétique, l'Occident est synonyme de rêve. Quand ils se rendent compte que l'Occident n'est pas parfait, ils se mettent à le détester. » Selon lui, c'est bien ce que la propagande russe cherche à obtenir. C'est précisément pour cela que l'Occident doit se montrer à la hauteur de ses valeurs et continuer d'être une source d'inspiration pour les autres pays.  Arif Yunus est convaincu que le Printemps arabe finira par arriver en Azerbaïdjan et en Asie centrale. Arif Yunus a également remercié l'EED pour son soutien et sa flexibilité.

Partager les valeurs de liberté, de démocratie et de dignité

Après le débat, le directeur exécutif de l'EED, Jerzy Pomianowski, a invité les partenaires et amis de la communauté de Bruxelles à célébrer le travail et les accomplissements de l'EED et de ses partenaires. Il a exprimé sa satisfaction face à l'accueil positif que le Parlement européen et les autres institutions de l'Union ont réservé à l'EED.

« Pour nous, à l'EED, l'indicateur de réussite se reflète chez nos partenaires : des hommes et des femmes courageux qui travaillent sans relâche dans des conditions difficiles, qui consacrent leur temps, leur liberté et parfois même leur vie pour le bien des valeurs qui nous sont chères – les valeurs de liberté, de démocratie et de dignité. » 

Dans le cadre des célébrations de son anniversaire, l'EED a organisé une exposition de caricatures imaginées par des partenaires média de l'EED en Arménie, Azerbaïdjan et Jordanie, et a diffusé plusieurs courts métrages produits par des partenaires de l'EED des régions voisines du Sud.